Hélène DEGHILAGE

Sans pain, ni pin, ni p’1 : Hélène peint. Beaucoup, sans pain et sans abri. Elle peint des hommes, des femmes, nus, démunis : des humains. Ceux qui débarquent, enfin qui ne débarquent jamais. Elle ne les peint qu’en train, entre, nulle part. Sauf dans la peinture. Hélène peint des êtres qui habitent sa peinture, entre embarquement et débarquement. Ici ils logent, à l’étroit. Hélène abritent les humains démunis là où elle peut, elle ne peut pas loger tout le monde chez elle, c’est déjà bien rempli - mais là, dans la peinture, oui, mais pas seulement. Tous ces corps n’arrivent pas de nulle part, ils se sont envoyés là où ils ne peuvent pas arriver, mais arrivent quand même, poussés ou tractés par des théories économiques. Les mêmes sur lesquelles ils dérivent, avec lesquelles Hélène tranche.

  • Titre huile
  • Technique Huile
  • Hauteur 45 cm
  • Largeur 60 cm

Artistes

Disciplines